Juin 2016 : FONCIER AGRICOLE demandes d’autorisation d’exploiter

FONCIER AGRICOLE « Parcelles agricoles soumises à concurrence dans le cadre de demandes d’autorisations d’exploiter (Schéma Départemental Régional des Exploitations Agricoles) » – Publicité pour le mois de JUIN 2016 –

suivre le lien :

http://www.daaf974.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/Tableau_affichage_CC_Juin_2016_cle07ed79.pdf

Publicités

PROGRAMME DE LA FOIRE AGRICOLE DE BRAS PANON MAI 2016

Capture d’écran 2015-04-24 à 18.09.01

Suivre le lien pour obtenir le programme

programme foire agricole Bras Panon 2016

Quand les lobbyings s’emparent du « bio »…

Finalement, l’étiquette « AB » correspond-elle vraiment à l’image que l’on s’en fait ?
Est-ce que bio rime avec moins d’émission de gaz à effet de serre ?
Est-ce qu’un poulet bio est garanti sans antibio ?
Hélas, nous sommes aujourd’hui loin des fondements de la notion d’agriculture biologique, née en Europe en réaction à l’agriculture chimique et productiviste. Au début des années 1960, un réseau de petits paysans producteurs de bio et de consommateurs crée Nature et Progrès.  Leur charte a inspiré celle de la Fédération internationale des mouvements d’agriculture biologique (Ifoam), adoptée en 1972, qui associait aux critères agronomiques des objectifs écologiques, sociaux et humanistes.

Mais, le 21e siècle est passé par là et nous sommes dorénavant à l’ère du bio « industriel ».
En effet, la commission européenne a assoupli les règles. Depuis le 1er janvier 2009, un poulet « bio » peut avoir grandi dans un poulailler de 25 600 places, avoir eu droit à sa dose d’antibiotique une fois par an, des traitements antiparasitaires sans limite, mangé du soja bio importé contenant jusqu’à 0,9% d’OGM sans perdre le label. Mais rassurons nous, à l’âge adulte, ils peuvent s’ébattre en journée sur 40 cm² chacun, évidemment leur bec sont un peu retouchés pour éviter les accidents dus à la promiscuité.
Pour les productions végétales, même credo, l’Europe vient de diluer le cahier des charges. Le vin n’y échappe d’ailleurs pas, depuis le 1er aout 2012, l’ajout de levures est autorisé…. Vive la quantité que dis-je la qualité bien sûr, c’est marqué sur l’étiquette.

Heureusement notre insularité et notre éloignement nous protège encore de ce genre de dérives. Mais d’ailleurs ou en est le bio reunionnais ?

Aurore Bury.

PS : A lire pour approcher une autre réalité et se construire la sienne :

 

Philippe Baqué,  édition Agone